Reflexions

Tout d'abord l'Art et la Beauté. J'aime à constater que la Beauté existe par delà ma personne. Un coucher de soleil conserve les mêmes qualités, que je le regarde ou pas. Qu'est-ce que la Beauté? Selon la définition donnée par le dictionnaire Le Robert,

La Beauté est « ce qui fait éprouver une émotion esthétique, un sentiment d'admiration et d'émerveillement.

Je constate que ce sentiment éprouvé, pour reprendre l'exemple précédent, par le coucher de soleil , est à chaque fois partagé par les personnes qui m'entourent. Cette beauté est objective. L'humanité peut vivre sans la science, elle peut vivre sans pain, mais il n'y a que sans la Beauté qu'elle ne pourrait plus vivre » (Dostoïevski). Qu'est-ce que l'Art? Citant le même dictionnaire que précédemment,

L'Art est l'« expression, par les œuvres humaines, d'un idéal esthétique, ensemble des activités humaines créatrices visant à cette expression. ».

Pendant 25 siècles (depuis Platon), une Belle chose définit un objet qui participe de l'idée de Beauté qui en découle, en provient. Plus sa relation avec l'idée de Beau est proche, intime, plus la chose est belle; plus elle est lointaine, moins elle l'est. Cette conception de l'art traversera les siècles jusqu'au XX ème qui par étapes successives la supprimera.

Mais aujourd'hui, la beauté devient une notion subjective. A chacun sa beauté. « Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas ». Le premier trouvera laid ce que le second dit être beau et réciproquement. Toutes les opinions se valent et il n'y a pas à juger. Tout se vaut. Le bitume, les HLM et un paysage de montagne, c'est pareil, la Traviata de Verdi et le dernier spectacle d'un boy's band, c'est pareil, le « Métafizyx » de Jean Dubuffet et la Vénus de Botticelli, c'est pareil, le « Respirare l'ombra » de Giuseppe Penone et la « porte de l'enfer » de Rodin, tout se vaut. Le savoir faire artistique est devenu suspect.

Tout est potentiellement œuvre d'art, c'est le contenant (musée, institution, lieu public) qui sacralise l'œuvre. Ainsi un excrément (Masson), un urinoir (Duchamp), des ordures (Arman) deviennent œuvres d'art, voir chefs d'œuvre, au même titre qu'un David ou qu'une Victoire de Samothrace. Le travail et le savoir faire n'étant plus un critère pour définir un artiste, tout le monde devient artiste, même les animaux. Ainsi les œuvres du chimpanzé « Congo » sont représentatives du mouvement expressionniste abstrait. A la dimension plastique et picturale absente de l'œuvre d'art contemporain se substitue le discours.

Artiste contemporain, (je ne suis pas encore mort), la recherche du savoir faire est pour moi vitale. « La peinture est un métier comme la menuiserie et la ferronnerie, elle est soumise aux mêmes règles.» (Auguste Renoir). Ce savoir faire passe par l'étude des anciens et de la nature.

Commence par copier des dessins exécutés de la main d'un bon maître (...). Puis dessine d'après l'objet en relief, en ayant sous les yeux le dessin qu'il a fait de ce relief. Ensuite, travaille d'après la nature, car c'est à cela que tu dois t'habituer. » (Léonard de Vinci).

Il faut une sacrée dose de vanité pour croire que ce qui sort de notre seul cerveau vaut mieux que ce que nous voyons autour de nous. Avec l'imagination on ne va pas loin tandis que le monde est si vaste. On peut marcher toute une vie et on n'en voit pas la fin. » (Renoir)*

Chercheur de Beauté dans notre monde et notre humanité, la vraie beauté me semble essentiellement désintéressée et gratuite, plus encore : fondée sur la bonté. » (François Cheng).

En conclusion, je citerai Benoît XVI dans son discours aux artistes (21/11/2009) « Une fonction essentielle de la véritable beauté, en effet, déjà évidente chez Platon, consiste à donner à l'homme une « secousse » salutaire, qui le fait sortir de lui-même, l'arrache à la résignation, au compromis avec le quotidien, le fait souffrir aussi, comme un dard qui blesse, mais précisément ainsi le « réveille », en lui ouvrant à nouveau les yeux du cœur et de l'esprit, en lui donnant des ailes, en le poussant vers le haut. »

Enfin le mot de la fin à François Cheng de l'académie française

« La finalité de la beauté artistique en son état le plus élevé est plus que plaisir « esthétique »; elle est de donner à vivre. ».

Jean-Joseph Chevalier, artiste peintre, sculpteur et dessinateur.